L’image des corps est omniprésente dans ce roman, ils revêtent plusieurs aspects selon les personnages dont il est question, toutefois, on n’en prend la mesure, qu’après un éclairage plus précis.

Lorsque nous regardons de plus près, nous retrouvons en effet cette importance accordée au corps chez tous les personnages :


Alvaro, le personnage principal, a un corps peu ordinaire ; il est très grand avec la peau sombre, les traits de son visage sont durs et ses cicatrices amplifient cette impression. On ne sait pas s’il est d’une grande beauté, mais il ne laisse pas indifférent les gens sur son passage.
Il faut également se souvenir que ce personnage, lors de l’attaque d’Iguala, s’est trouvé au milieu des corps de ses élèves et amis, corps ensanglantés, meurtris, voir sans vie.
De cet amas de corps il a réussi à s’extraire pour s’échapper, transformant sa fuite en renaissance.


D’autre part, il y a le personnage de Werner : L’histoire de sa famille séparée et déportée dans un camp de concentration. Ce jeune homme qui doit ramasser les corps des morts après leur exécution, c’est cela qui va le sauver mais lui laisser une empreinte indélébile.


A l’autre bout du monde il y a Lin, un jeune garçon qui se passionne pour l’informatique, né dans le mauvais corps. Ses parents refusent de l’accepter mais il se sent femme et quittera son foyer et son pays pour vivre son changement de sexe.


Il y a également Adèle, cette jeune Française scientifique, recrutée par Parker Hayes pour faire des expériences sur des corps.


Enfin Parker Hayes, un des géants de la Silicon Valley, l’homme qui possède tout ce dont on peut rêver sauf une chose : l’immortalité, la pérennité du corps. Il craint l’empreinte du temps et souhaite défier les lois de la nature.
Pour ce faire il lui faut un cobaye, un corps, sur lequel il pourra tenter ses expériences. Grâce à Adèle, il veut s’offrir la possibilité de tester la régénération des organes vitaux, et c’est sur le corps d’Alvaro qu’il va vouloir faire ses tests.

Ces personnages, dont certains inspirés de personalités rééelles, vont se retrouver mêlés d’une manière ou d’une autre, pour donner corps à ce roman d’une grande intensité et acérer notre perception du monde de l’informatique et du net.

Pierre Ducrozet s’intéresse particulièrement aux corps et le revendique dans cette  interviews .